Découvertes des docteurs Camprasse

Les Docteurs Serge et Georges Camprasse sont les promoteurs et les inventeurs de l’utilisation de la nacre en médecine et en chirurgie animales et humaines.

En 1983, ils ont conceptualisé et défini les critères permettant l’utilisation de la nacre d’un certain nombre d’espèces de mollusques bivalves, pouvant être utilisée comme biomatériau Bionacre®, en médecine et chirurgie animales et humaines. Ils ont une connaissance unique sur les aspects scientifiques, techniques, cliniques, chirurgicaux de ce biomatériau innovant, et une maîtrise de toutes les considérations opérationnelles associées (sourcing, conception et réalisation de machines et systèmes).

Contrairement aux démarches habituelles, ils commencent leurs travaux en Recherche appliquée plutôt qu’en Recherche fondamentale, afin d’acquérir des connaissances dirigées vers l’objectif pratique, c’est-à-dire utiliser un biomatériau naturel biomimétique.

1936

Naissances en Guadeloupe de Georges et Serge Camprasse (frères jumeaux).

1958

Après l’obtention de Certificats d’Etudes Supérieures de Physique, Chimie, Biologie animale et végétale, à la Faculté des Sciences de Jussieu, l’un (Serge) devient Directeur Régional du Laboratoire pharmaceutique BIOSEDRA, l’autre (Georges) Responsable de la visite médicale du Laboratoire LEURQUIN.

1966 - 1971

Après leur service militaire au service de Santé des Armées, ils intègrent la faculté de médecine de Paris, rue des Saints-Pères, où ils obtiennent leur diplôme de Docteurs en Chirurgie Dentaire. Ils débutent alors leur exercice libéral et sont immédiatement nommés Attachés Consultants des Hôpitaux de Paris, en stomatologie. Ils exercent notamment dans les Hôpitaux Hôtel-Dieu, Hérold et Trousseau, ainsi qu’en clinique privée.

1971- 1982

Au cours de leur exercice libéral et hospitalier, ils ont l’occasion de se familiariser avec une technique en vogue à l’époque : l’utilisation d’implants dentaires en titane, vulgarisée par le Professeur suédois Brånemark. Cependant ils notent qu’en dépit de sa parfaite biocompatibilité, l’implant en titane, en raison de sa composition métallique, colore l’os et les tissus environnants ; de plus la gencive n’étant pas sertie autour de l’implant (comme elle l’est sur la dent), occasionne une pathologie chronique (l’implantite), provoquant à terme, la mobilité de l’implant.

1982-1988

C’est lors d’une visite chez leurs parents que les Docteurs Camprasse voient, dans une vitrine de la maison familiale, une coquille d’huître perlière, dont l’aspect et la couleur leur rappellent ceux de l’organe dentaire. Ils ont alors l’idée d’utiliser la nacre comme matière première alternative au titane, pour fabriquer des implants. Ils commencent des travaux de recherche bibliographique sur les mollusques nacriers (les Pinctadines et les Tridacnes), leur biotope, leur composition physico-chimique, leur mode de reproduction, leur culture. Ils font l’acquisition de plusieurs espèces de coquilles, et étudient la faisabilité d’implants, de dispositifs médicaux et de substituts osseux.

La loi Huriet réglementait à l’époque la mise au point et l’expérimentation de nouveaux dispositifs médicaux. Elle permettait, après évaluation pré-clinique et tests in vitro, la réalisation de cas cliniques critiques dans les services hospitaliers, avec demande au Comité d’Ethique, et avis positif du Comité Consultatif pour la Protection des Personnes se prêtant à la Recherche Biomédicale. Elle validait la conformité du dispositif auprès du Ministère de la Santé, qui octroyait un numéro d’homologation pour ce dernier, et en permettait la commercialisation et l’inscription au TIPS (Tarif Interministériel des Prestations Sanitaires). C’est ainsi que les Docteurs Camprasse réalisent leurs premiers cas pré-cliniques à titre privé, puis au Centre de Recherches Biomédicales de l’Ecole Nationale Vétérinaire de Maisons-Alfort. Ils déposent et obtiennent le premier brevet relatif à l’utilisation de la nacre comme substitut osseux en Orthopédie, et créent la Société Biocorex.

1988-1993 : médiatisation des travaux de recherche sur la réparation et la régénération osseuse

1988

  • Conférence de presse télévisée au Muséum National d’Histoire Naturelle.
  • Reportages télévisés sur TF1, Antenne 2 et Canal+
  • Communications presse : Le Point, L’Express, Santé Magazine, France Antilles

1989

Première publication des Docteurs Camprasse à l’Académie des Sciences de Paris préfacée par le Professeur Yves Coppens (paléontologue).

Les Docteurs Camprasse sont nommés Professeurs au Collège Méditerranéen d’Implantologie Orale.

1992

  • Publications internationales à Calcified Tissue, Tissue and Cell et Clinical Material comme co-auteurs.
  • Participation à de nombreux congrès nationaux et internationaux.
  • Premiers voyages sur les biotopes de la Pinctada et du Tridacne en Australie et aux Philippines.
  • Premiers cas cliniques critiques humains au CHU Antoine Béclère (Clamart)

Le Docteur Philippe Cottin, Chirurgien orthopédiste au CHU Antoine Béclère, fait appel aux Docteurs Camprasse pour l’utilisation de leur biomatériau Bionacre®, pour la réparation d’une perte de substance osseuse du fémur de 15 centimètres. Cette requête faisait suite à la fracas osseux à petits fragments, et après échec de 2 tentatives de greffes autologues et décision d’amputation. Quatre mois après l’intervention : restitution structurale et morphologique « ad integrum » du fémur du patient, et usage normal de sa jambe.
D’autres cas cliniques critiques tels que des arthrodèses lombo-sacrées, une pseudarthrose humérale avec sepsis, une nécrose de la tête fémorale, ont permis d’illustrer les bénéfices de l’utilisation de Bionacre®.

1994-2003 : extension des travaux de recherche à la réparation et la régénération cutanée

En décembre 94, les Docteurs Serge et Georges Camprasse sont élus membres de l’Académie des Sciences de New-York, et participent à plusieurs publications universitaires. Ils poursuivent leurs recherches lors de voyages sur les biotopes des mollusques bivalves en Indonésie, Birmanie, Thaïlande et Ile Maurice.

Faisant suite à la poursuite de leurs travaux de recherche, ils expérimentent l’utilisation de la nacre dans d’autres disciplines : dermatologie, nutraceutique, cosmétologie. Le Ministère de la Recherche s’intéresse à leurs travaux et leur propose une collaboration. De nombreux confrères (chirurgiens, dermatologues, cliniciens, etc.) les sollicitent en vue d’une collaboration plus large dans d’autres disciplines. Ils sont notamment sollicités en clinique vétérinaire pour des cas cliniques critiques chez le cheval, tels que : arrachement du sabot, nécrose ischémique du plastron sternal, régénération du boulet après échec du traitement chirurgical et fracture du matériel orthopédique.

2009 : fondation de MEGA BIOPHARMA

Joël Drai, Président de MEGA DENTAL (leader européen de fournitures et de matériel auprès de Stomatologues et de Chirurgiens-Dentistes), et associé de HENRY SCHEIN (distributeur mondial de fournitures médicales), rencontre les Docteurs Camprasse. Il décide de fonder avec leur concours, MEGA BIOPHARMA Bone & Soft Tissues Engineering, Centre de recherche et développement, au sein duquel les Docteurs Camprasse poursuivent leurs travaux, concrétisés par le dépôt de nouveaux brevets dans de nombreuses disciplines.